Scottish-Marauders

Reconstitution d'un camp médiéval écossais, Histoire de l'Ecosse, jeux médiévaux, musiques et danses écossaise, animations, ateliers divers ( jonglage, combats, cuir, cuisine...)
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 des guerres contre angleterre

Aller en bas 
AuteurMessage
Laird de Harris

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 59
Localisation : Illifaut
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: des guerres contre angleterre   Mar 16 Sep - 21:06

La mort de Marguerite laisse le trône d’Écosse
sans successeur clairement défini, et Édouard devient l’arbitre des
différents prétendants au trône; il établit que chacun d’entre-eux
devait le reconnaître comme suzerain. Étant donné le grand nombre de
prétendants, il n'est pas difficile d'en trouver un qui accepte cette
condition; Édouard le choisit et Jean Baliol devient roi le 17 novembre
1292.

Jean essaie rapidement de mettre un terme à cet
arrangement, principalement parce qu’Édouard insiste sur son statut de
suzerain. En 1295, Jean renonce officiellement à cette allégeance et
scelle une alliance avec la France, fondant ainsi l'Auld Alliance, la
vieille alliance, aux dépens de l’Angleterre.

Édouard envahit
l’Écosse en 1296, force Jean à le suivre et prend le contrôle intégral
de l’Écosse. En l’absence du roi, William Wallace et Andrew de Moray
soulèvent respectivement l’Écosse du sud et du nord, et sont élus
Gardiens de l’Écosse par la noblesse. Sous leur commandemment commun,
l’armée anglaise est battue à la bataille de Stirling Bridge. Andrew de
Moray meurt de ses blessures deux mois plus tard, et William Wallace
règne sur l’Écosse au nom de Jean Baliol.

Les représailles
voulues par Édouard mènent en 1298 à la bataille de Falkirk où Wallace
est vaincu. Il parvient à s’échapper mais renonce au titre de Guardien
de l’Écosse. John Comyn et Robert Bruce sont désignés comme ses
successeurs, le second étant le petit fils d’un prétendant au trône en
1292. En 1304, les troupes anglaises forcent la noblesse écossaise à
verser un tribut à Édouard, mais des accords secrets sont conclus par
Robert afin de continuer la lutte. Wallace est trahi et tombe dans les
mains des Anglais qui l’exécutent pour trahison, sans jamais parvenir à
lui faire jurer allégeance à l’Angleterre.

À partir de là, les
Écossais regagnent et renforcent leur indépendance vis-à-vis de
l’Angleterre dans les deux première décennies du XIVe siècle. Robert
croit que John Comyn a rompu un pacte entre eux, et participe à son
meurtre lors d’une de leurs rencontres dans une église de Dumfries en
1306. Robert est par la suite couronné roi en 1307, mais les forces
d’Édouard reprennent le contrôle du pays après leur victoire sur la
petite armée écossaise à la bataille de Methven. En dépit de
l’excommunion de Robert et de ses suivants par le pape Clément V,
celui-ci gagne de plus en plus de soutien, et avec l’aide de nobles
comme James Douglas ou Thomas Randolph, le comte de Moray, seuls les
châteaux de Bothwell et de Stirling restent sous contrôle anglais.
Édouard Ier meurt en 1307, et son fils Édouard II envoie une armée au
nord, afin de lever le siège du château de Stirling et de reprendre le
contrôle de la région. Robert défait cette armée à la bataille de
Bannockburn en 1314, sécurisant de fait l’indépendance de l’Écosse. En
1320, une protestation des nobles écossais envers le pape, la
déclaration d’Arbroath, convainc le pape Jean XXII de révoquer
l’excommunication et d’annuler les divers traités de soumission de rois
écossais envers des rois anglais, afin que la souveraineté écossaise
puisse être reconnue par les principales puissances européennes.

En
1326, le premier réel parlement écossais se rassemble. Ce parlement
provient d’un conseil du clergé et de la noblesse, le colloquium,
constitué autour de 1235, renforcé par des représentants des burghs,
afin de représenter les trois ordres.

En 1328, Édouard III
ratifie le traité de Northampton, reconnaissant ainsi l’indépendance de
l’Écosse sous le règne de Robert Ier. Cependant, un an plus tard, après
la mort de ce dernier, l’Angleterre envahit une fois encore l’Écosse
dans le but d’y restaurer un roi qui leur est soumis, en la personne
d’Édouard Baliol, le fils de Jean Baliol, ce qui déclenche la seconde
guerre d’indépendance de l’Écosse. En l’absence de bon stratège
militaire, comme William Wallace ou Robert Bruce, l’Écosse demeure sous
contrôle anglais pendant plus de trente ans, et ne regagne son
indépendance que sous David II, après la mort d’Édouard Baliol,
principalement parce que l’attention d’Édouard III se tourne vers la
France contre laquelle l’Angleterre débute la guerre de Cent Ans.
Revenir en haut Aller en bas
http://hermine-et-chardon.com
 
des guerres contre angleterre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'hippophagie, pour ou contre ?
» La bataille d'Angleterre
» Hommes bêtes contre Empire 2000 Pts
» Tour 3: Orcs & Gobelins contre Elfes-Noirs
» PETITES GUERRES 2010 - 27-28 MARS 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scottish-Marauders :: L'histoire Ecossais-
Sauter vers: