Scottish-Marauders

Reconstitution d'un camp médiéval écossais, Histoire de l'Ecosse, jeux médiévaux, musiques et danses écossaise, animations, ateliers divers ( jonglage, combats, cuir, cuisine...)
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le union de Hanovre et des Jackobites

Aller en bas 
AuteurMessage
Laird de Harris

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 59
Localisation : Illifaut
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: le union de Hanovre et des Jackobites   Mar 16 Sep - 21:18

Dès 1692, le roi Catholique
d'Angleterre s'était allié à Louis XIV, son cousin, pour renverser la
nouvelle monarchie parlementaire protestante, mais avait échoué à la
Bataille de la Hougue.

Dans la première partie du XVIIIe
siècle, les rois catholiques d'Angleterre vont encore tenter trois fois
de remonter sur le trône, en débarquant à chaque fois en Ecosse, avec
des troupes françaises, pour s'allier aux jacobites écossais, en 1708,
1715 et 1745. La dernière fois, ils réussisent à percer jusque vers le
Nord de l'Angleterre avant de reculer puis de devoir redevenir en
France. Ces quatres tentatives vont amener l'élite protestante à se
méfier de l'écosse, en poussant à l'émigration en Amérique de la
population, lors des Highlands Clearance des années 1725-1750.

Vers
1700, la monarchie protestante semble devoir s’éteindre avec la reine
Anne Ire. Au lieu de retourner vers son frère Jacques François Stuart,
catholique, le parlement anglais décide que la Couronne revient à
Sophie de Hanovre et à ses descendants (Act of Settlement de 1701).
Cependant, son pendant écossais, l’Act of Security, interdit simplement
un successeur catholique, laissant ouverte la possibilité à une
séparation des Couronnes.

Plutôt que de risquer le possible
retour de Jacques François Stuart, vivant alors en France, le parlement
anglais pousse à l’union des deux pays. En 1707, en dépit d’une forte
opposition en Écosse, le traité d’union est conclu.

Le traité,
qui devient l’Acte d’Union, confirme la succession de la dynastie des
Hanovre. Il abolit les parlements d’Angleterre et d’Écosse, et institue
à la place celui de Grande-Bretagne. L’Écosse doit avoir 45 sièges dans
la Chambre des Communes, ainsi qu’une représentation dans la Chambre
des Lords. Ce traité crée également une citoyenneté commune, donnant
aux Écossais un libre accès au marché anglais. La position de l’Église
d’Écosse ainsi que les lois et la Justice écossaises sont préservées.
Cette union est très controversée au sein de la population écossaise,
d’autant plus que l’embellie économique attendue ne se concrétise pas
immédiatement. Quand celle-ci advient, seuls les Lowlands en profitent.

Le
jacobitisme, pas éteint, se réveille à cause de l’impopularité de
l’union. En 1708 Jacques François Stuart tente une invasion à l’aide
d’une flotte française, mais la Royal Navy empêche tout débarquement.
Une tentative plus importante a lieu en 1715. Celle-ci, connue en
anglais sous le nom The 'Fifteen, prévoit des soulèvements simultanés
dans le Pays de Galles, le Devon et l’Écosse; les deux premiers n’ont
cependant pas lieu, le gouvernement ayant réussi des arrestations
préventives. En Écosse, John Erskine, Comte de Mar, surnommé Bobbin'
John, soulève les clans jacobitiens et les mène bravement sans apporter
de réponse décisive.

Il prend Perth, mais laisse une force
gouvernementale de plus faible importance sous le commandement du duc
d’Argyll tenir la plaine de Stirling. Une partie de l’armée rejoint les
soulèvements du nord de l’Angleterre et du sud de l’Écosse. Les
jacobites font une percée en Angleterre avant d’être vaincus à la
bataille de Preston puis de se rendre le 14 novembre 1715. La veille,
John Erskine ne réussit pas à vaincre le duc d’Argyll à la bataille de
Sheriffmuir. Là, Jacques débarque en Écosse, mais on lui conseille de
renoncer, et il retourne en France. Une tentative d’invasion jacobite
avec l’aide de l’Espagne a lieu en 1719, mais rencontre peu de soutien
de la part des clans, et se conclut à la bataille de Glen Shiel.

En
1745, un nouveau soulèvement jacobite — The 'Forty-Five — s'engage.
Charles Édouard Stuart, surnommé Bonnie Prince Charlie, le fils de
Jacques François, débarque sur l’île d’Eriskay dans les Hébrides, où
plusieurs clans se joignent à lui, sans réel enthousiasme toutefois.
Ses débuts sont victorieux : il prend Édimbourg et vainc la seule armée
d’État présente en Écosse lors de la bataille de Prestonpans. Il marche
sur l’Angleterre, jusqu’à la ville de Derby. À partir de là, il devient
évident que, pour impopulaires que soient les membres de la dynastie
des Hanovre, l’Angleterre ne se laisserait pas gouverner par un Stuart
catholique. La crise de confiance des dirigeants jacobites les fait
retourner en Écosse.

Le duc de Cumberland écrase ce soulèvement
et les espoirs des jacobites lors de la bataille de Culloden le 16
avril 1746. Charles se cache en Écosse avec l’aide des habitants des
Highlands jusqu’en septembre 1746, quand il s’échappe pour retourner en
France avec l’aide de Flora Macdonald. La France l’expulse en vertu du
traité d’Aix-la-Chapelle (1748). Il meurt en exil, et sa cause avec
lui, à l’exception de quelques nostalgiques.




Bonnie Prince Charles




tombe à Culloden
Revenir en haut Aller en bas
http://hermine-et-chardon.com
 
le union de Hanovre et des Jackobites
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RESOLU] Etui PROPORTA Union Jack
» Présentation Rismo : Ile de la Réunion, HTC HD2, Orange
» ile de la réunion ?
» [CAL] Réunion préparation tournoi
» XBOX 360: Le live, Gamertags, réunion, parties, etc.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scottish-Marauders :: L'histoire Ecossais-
Sauter vers: