Scottish-Marauders

Reconstitution d'un camp médiéval écossais, Histoire de l'Ecosse, jeux médiévaux, musiques et danses écossaise, animations, ateliers divers ( jonglage, combats, cuir, cuisine...)
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le guerre de trois royaumes et le commenwealth des puritains

Aller en bas 
AuteurMessage
Laird de Harris

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 59
Localisation : Illifaut
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: le guerre de trois royaumes et le commenwealth des puritains   Mer 1 Avr - 9:43

La Guerre des Évêques

Peu après le début de son règne, la tentative de Charles Ier, roi d’Angleterre et d’Écosse, d’imposer aux églises écossaises des livres de prières dans le style anglais provoqua des émeutes dans tout le pays. Des représentants des différentes classes sociales de la société écossaise créèrent le mouvement des covenanters, réassurant une pratique religieuse presbytérienne. Charles Ier rassembla des forces militaires mais opta la veille de l’invasion pour la négociation. Les notables Écossais campèrent sur leurs positions. Charles Ier utilisa la force mais ses troupes furent repoussées après un affrontement indécis.

À la suite de cette « guerre des évêques », Charles Ier tenta de recruter une armée de catholiques irlandais, mais fut forcé de faire machine arrière après un vent de protestation en Angleterre et en Écosse. Ces opérations risquées eurent pour conséquence une rébellion en Irlande, ce qui obligea Charles Ier à invoquer le Parlement anglais afin d’obtenir des fonds, en échange de quoi celui-ci exigea des réformes politiques, ce qui conduisit à la première révolution anglaise.

Cette série de guerres civiles qui frappèrent la Grande-Bretagne dans les années 1640 et 1650 est connue par les historiens britanniques sous le nom de Guerres des Trois Royaumes (Wars of the Three Kingdoms), tandis que les Français confondent souvent, sous le terme de « guerre civile anglaise » l’ensemble de ces affrontements. Les covenanters furent durant cette période seuls pour gouverner l’Écosse et levèrent une puissante armée afin d’imposer leurs pratiques religieuses aux chrétiens épiscopaliens et aux catholiques du nord du pays.


Guerre civile en Angleterre et en Écosse

Alors que la guerre civile s’étend, les parlementaires anglais en appellent aux covenanters afin d’obtenir une aide militaire contre le roi. Les Écossais acceptent en échange de concessions substantielles au niveau politique et religieux. Les troupes écossaises jouent un grand rôle dans la défaite de Charles Ier, particulièrement à la bataille de Marston Moor. Une armée sous le commandement du Comte de Leven occupe le nord de l’Angleterre pour quelque temps. Cependant, tous les Écossais ne soutiennent pas l’action des covenanters de prendre les armes contre leur propre roi.

En 1645, James Graham, Marquis de Montrose tente de soulever les Highlands pour le roi. En réalité, peu d’Écossais le suivent, mais il remporte de grands succès, grâce à un génie instinctif en matière de guerre mobile et à l'aide de 1 000 hommes venant d’Irlande, des Highlands et des divers archipels et envoyés par les Confédérés irlandais, sous le commandement de Alasdair MacColla. Une guerre civile écossaise éclate en septembre 1644 avec sa victoire à la bataille de Tippermuir. Après une série de victoires sur des milices de covenanters faiblement entraînées, les Lowlands sont à sa merci. Cependant, son armée se sépare, les relations entre d’un côté MacColla et les troupes irlandaises et des Highlands et de l’autre Montrose s’étant tendues. Celui-ci est d’ailleurs vaincu peu après à la bataille de Philiphaugh.

En juillet 1646, son armée est démantelée sur ordre du roi, Charles Ier étant en négociations avec les écossais presbytériens modérés. Dans cet accord secret, les presbytériens promettent une aide militaire à Charles si celui-ci établit le presbytérianisme. Quand les parlementaires anglais refusent de relâcher le roi, le duc d’Hamilton lance une invasion de l’Angleterre, qui intervient trop tard toutefois pour sauver le roi, et cette nouvelle armée est défaite par Oliver Cromwell en août 1647.


L’occupation de Cromwell et la restauration de la monarchie

Les covenanters s’opposent à l’arrestation puis à l’exécution de Charles Ier en 1649 par le parlement anglais. Les Stuart sont en effet d’ascendance écossaise et ont promis une alliance avec eux contre le parlement anglais. Le fils aîné de Charles Ier est proclamé roi sous le nom de Charles II à Édimbourg. Oliver Cromwell envahit alors l’Écosse en 1650, et vainc l’armée écossaise dans une série de batailles à Dunbar et Worcester. L’Écosse est alors occupée par une force anglaise sous le commandement de George Monk pendant la durée de l’Interregnum, et est annexée au Commonwealth anglais, dirigé par des puritains.

De 1652 à 1659, l’Écosse est une partie du Commonwealth de Cromwell, sous contrôle anglais mais ayant obtenu des droits de douane égaux. Lors de son écroulement, et avec le rétablissement de Charles II, l’Écosse regagne son indépendance et son parlement, même si les Navigation Acts anglais empêchent les Écossais d’amorcer ce qui aurait été un commerce lucratif avec les colonies anglaises grandissantes. La frontière entre les deux pays est rétablie, avec des droits de douane qui protègent l’industrie textile écossaise des importations anglaises à bas coût mais empêche l’accès du bétail et de la laine écossaise au marché anglais.

Charles II ignore l’Écosse pour les deux décennies qui suivirent, préférant se consacrer à l’accroissement de ses pouvoirs en Angleterre, bien que son frère Jacques, en tant que Duc d’York, institue la Commission pour la pacification des Highlands qui travaille en coopération avec les chefs des clans écossais. Charles II, toutefois, continue la politique de son père de réintroduire une dirigeance épiscopalienne dans l’Église d’Écosse. En dépit du fait que celle-ci n'est pas sans soutien au sein de la société écossaise, elle provoque une autre rébellion présbytérienne dans le sud de l’Écosse en 1679. Charles contient cette rébellion et massacre les covenanters dans un épisode connu sous le nom de the Killing Time. Quand il meurt en 1685, son frère, catholique, lui succède sous le nom de Jacques VII d’Écosse (ou Jacques II d’Angleterre).
Revenir en haut Aller en bas
http://hermine-et-chardon.com
 
le guerre de trois royaumes et le commenwealth des puritains
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire des trois royaumes
» tenue saxonne Xeme
» Colleen McCullough, Le Cheval de Troie
» Coe David B. - La guerre des clans - La couronne des sept royaumes T8
» Mes avions pour Canvas Eagles : jamais deux sans trois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scottish-Marauders :: L'histoire Ecossais-
Sauter vers: